NEMO de Brüno

Cher Blog,

Je suis passé plusieurs fois rapidement devant Atar Gull, le dernier album de Brüno, un auteur dont je ne connaissais rien, sans m'arrêter, malgré tout le bien qu'on peut en lire ici ou , ou encore , et même ici. Sans doute à cause de la couverture que j'ai aperçu de loin, qui me faisait bêtement (oui) penser à un genre de sous Pratt expérimental et simplet (ha ha, quel con) (bon.) Mais en fait, Atar Gull, je vais tout de suite aller l'arracher à mon libraire de Bayonne, dès que j'aurai fini de taper ces quelques trucs, parce qu'entre temps et par hasard, m'est tombé entre les mains le Nemo, toujours de Brûno, version intégrale de son adaptation de 20 000 lieues sous les mers, que je viens de finir de lire deux fois et dont je suis tombé amoureux. Et c'est de celui-là que je vais, blog mon ami, te causer maintenant.

nem2

Brüno dessine (ici) à grands coups de marteau et de clef à molette. Une ligne claire barbare et brutale, terriblement efficace, à la lisibilité sans faille, parfaitement en phase avec ce qu'il a choisi de montrer de cette aventure. Les personnages hyper typés te sautent à la rétine et y restent gravés bien après que tu as tourné la dernière page. Le découpage alterne les séquences autistes ou bavardes, contemplatives ou d'action pure, dans un rythme tactac tout au long des 160 pages. Pas une case n'est superflue et pourtant rien ne manque. Tu noteras que Brüno transpose l'histoire au début du XXeme siècle (parce qu'il pétoche de ne pas savoir, à l'époque, dessiner les bateaux à voiles - houu, le nul - j'ai lu ça dans un interview quelque part, je ne sais plus où, peut-etre sur Du9). Et c'est pas plus mal: les dreadnoughts tout en coques et en canons lancés à la poursuite du Nautilus sentent l'acier et le charbon, la peur et la haine, l'absence totale d'un début d'envie d'une amorce de dialogue. Ils sont l'ennemi, de l'acier pur sans aucune trace de romantisme marin. Les rencontres sont violentes, canons contre éperon et duels à mort, les scènes de guerre et de naufrage sont, pour faire court, tout à fait terrib' (et de toute beauté, oui). Ca marche à fond. On doit pouvoir compter les couleurs utilisées sur tout l'album par Laurence Croix (je crois avoir lu je ne sais plus où, pas sur Du9 en tout cas, mais peut être ici, ah oui tiens, ce blog est une mine, allez-y souvent, qu'il s'agit d'un de ses tous premiers boulots) sur les doigts des deux mains. Juxtaposition d'aplats tout en camaïeu ou en ruptures nettes et franches, qui servent avec force le récit sans jamais desservir le dessin. C'est très beau. 

Nem4

Le Nautilus est un monde à lui tout seul, mélange entre sous marin traditionnel et vaisseau spatial retro. La salle du hublot, bibliothèque géante, est le point central autour duquel tout s''articule. Tu suis les déambulations des uns et des autres a travers les couloirs, les salles et les sas (un plan de coupe en pages de garde pourra t'aider) et cet univers de bunker froid mais sécurisant tout en rivets et en recoins finit par te devenir familier. Tu aimerais presque y faire un tour, un bout de croisière peut-être. S'il n'y avait ce totem glacé et furieux, le capitaine Nemo, dictateur absolu de son monde fantastique mais sclérosé et forcément stérile, en rupture totale avec tout ce qui fait notre vie à nous. Tout plie ou rompt autour de lui. Il est l'unique volonté qui vaille. Il n'y a qu'à voir son équipage, colosses-robots-zombies-machines au langage réduit au plus sec utilitarisme, ils ne sont plus que des fonctions, des outils dévolus à l'avènement du fantasme de leur maître. Ned le maître harponneur (un gaillard), le professeur Arronax (une tronche) et Conseil le fidèle domestique (le roseau), tous les trois lutteront à leur manière, trois combats différents pour trois défaites totales, sur leur terrain. (Bref, Nemo c'est pas le Captain Igloo). 

Cher blog, ce Nemo est un petit chef d'œuvre compact. Je suis vraiment un fieffé crétin de ne pas avoir lu du Brüno avant aujourd'hui. 

Nem3

Nem5

Nem6

 

 

 

 

 

 

Posté par olivier921 à 14:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur NEMO de Brüno

Nouveau commentaire